• Cassis: Un voyage historico-géographique de l'Arène à Belle-Fille

    C'est devenu une tradition: chaque année, le cycle de conférences de l'association des Amis du musée de Cassis s'achève sur une conférence traitant de l'histoire d'un quartier du village donnée par le président Gérard Gaudin avec l'aide de son épouse Véronique. Lundi soir 6 juin, cette ultime conférence du cycle 2015-2016 - consacrée à l'histoire du quartier s'étendant de l'Arène au Pas de Belle-Fille et illustrée de nombreux documents cartographiques et iconographiques - s'est tenue au Château de Cassis devant une assistance nombreuse où l'on reconnaissait plusieurs vignerons, le père Bernard Lucchesi, l'élu à la culture Christophe Reymond et Lucienne Michelesi, coordinatrice du Printemps du Livre, qui représentait Danielle Milon.

    Cassis: Un voyage historico-géographique de l'Arène à Belle-Fille

    Gérard Gaudin a fait revivre l'histoire du quartier s'étendant de l'Arène au Pas de Belle-Fille. /Photo C.R.

    C'est donc à un véritable voyage que le conférencier a convié son auditoire. Un très long voyage dans le temps commencé il y a 90 millions d'années lors de la période crétacée avec la formation des roches qui seraient un jour le cap Canaille pour s'achever au XXe siècle. Mais aussi un très bref voyage dans l'espace, commencé au quartier de l'Arène, le plus ancien de Cassis, au pied du Cap Canaille justement, pour s'achever à la station-service Esso qui "ornait" dans les années 80 le Pas de Belle-fille, limite géographique entre Cassis et la Ciotat.

    On a donc vu successivement évoquer l'époque romaine avec une petite bourgade, Carcisis Portus, implantée autour des plages de l'Arène et du Corton et dont le port s'étendait jusqu'aux marécages devenus la Place Baragnon, la période troublée du haut moyen-âge entre implantation du christianisme et arrivée de l'islam, la construction d'une enceinte fortifiée à l'intérieur de laquelle se réfugient les habitants, enceinte qui se renforcera au fil des siècles et de ses différents propriétaires (évêché de Marseille, Roquefort, Maison d'Anjou, marquis des Baux, comtes de Provence et de nouveau l'évêque de Marseille jusqu'à la Révolution).

    L'histoire de l'agriculture enfin avec l'installation à partir du XVe siècle au Coulet, au Bagnol, à St-Joseph, au Revestel… de grandes propriétés où la polyculture et l'élevage dominaient pour évoluer, à partir du milieu du XIXe siècle, en monoculture, celle de la vigne. La vigne qui en 1936 connut le succès avec l'attribution de l'AOC. Un succès qui ne s'est jamais démenti!

    Claude RIVIÈRE


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :